BRÈVES
Immigration clandestine: "Nous avons un besoin de sensibilisation en vue du changement de mentalités des Jeunes et d`actions concrètes (Touré Mamadou) 2018-10-25 | CEDEAO: Les Etats de la CEDEAO se réunissent en Sierra Leone pour discuter de la lutte contre le blanchiment d’argent et le terrorisme 2018-10-25 | Projet de réintégration OIM: 50 migrants de retour bénéficient d’une formation au centre d’incubation de l’université de l’entrepreneuriat de 2IAE à Azaguié (agriculture, bâtiment) 2018-09-11

Immigration
TROISIEME FORUM AFRICAIN POUR LA RESILIENCE
SEM Ally Coulibaly, le Ministre de l'Intégration Africaine et Ivoiriens de l'Extérieur au 3ème Forum Africain pour la Resilience
ALLOCUTION DU MINISTRE ALLY COULIBALY

Mesdames et messieurs les Ministres,

Mesdames et Messieurs les Directeurs des Organisations Internationales,

Monsieur le Vice-Président Principal du Groupe de la Banque Africaine de Développement,

Messieurs et Messieurs les invités,

Chers Participants

 

Tout d’abord, je voudrais saluer l’initiative que la Banque Africaine de Développement a prise de consacrer la troisième édition de son forum africain à la problématique de la migration  dans le monde d’aujourd’hui dont la mobilité est une des principales caractéristiques.

 

Enjeu majeur du XXIème siècle la migration est de plus en plus questionnée dans toutes ses dimensions à travers séminaires, colloques, conférences , autres cercles de réflexion.

 

Pas plus tard que la semaine dernière s’est tenue dans les locaux des Nations Unies à New York, l’édition 2019 du Dialogue International sur les Migrations auquel j’ai participé avec Monsieur Issiaka Konaté, Directeur général des Ivoiriens de L’Extérieur.

En charge des migrations avec d’autre membres du gouvernement, je ne peux que me réjouir de cet intérêt croissant  qui marque une avancée remarquable dans la façon d’appréhender les questions migratoires.

 

Je suis convaincu que la rencontre de ce jour contribuera immanquablement à tordre le cou aux préjugés  qui abondent sur le phénomène migratoire.

 

En effet, pour une meilleure gestion des migrations, il nous apparaît important de rétablir la vérité face à des discours démagogiques, xénophobes et outrancièrement mensongers.

 

Battre en brèche les stéréotypes associés aux migrants suppose la mise à disposition du public de données quantitatives et qualitatives sur la migration.

 

Dans cette perspective, il suffit de rappeler que la migration est régulière à hauteur de 80%, qu’elle bénéficie aux pays d’accueil puisque 85% des apports y restent., que la migration africaine est essentiellement africaine (sur 5 migrants africains, 4 restent en Afrique)

 

En la matière, la Côte d’Ivoire montre l’exemple.

 Depuis des décennies, elle ouvre ses bras à des millions de personnes originaires de pays voisins ou lointains, honorant ainsi sa tradition humaniste et d’hospitalité.

 

En effet, sur son sol vivent 6 millions d’étrangers sur une population estimée à 23 millions d’habitants. C’est un fait rare qui mérite d’être souligné.

 

Mon pays a réussi quelque chose de merveilleux dont nous tirons une fierté légitime : l’intégration de ces frères et sœurs dans le respect de leur dignité.

 

De cette situation singulière, mon pays a acquis une expérience inédite qui ne demande qu’à être partagée.

 

Il est donc certain que la Côte d’Ivoire saura être conforme aux engagements contenus dans le Pacte Mondial pour des Migrations sûres, ordonnées et régulières.

 

A cet égard, il est heureux de constater qu’elle a déjà pris une avance sérieuse dans la réalisation des 23 objectifs assignés à cette démarche.

 

Elle est en mouvement en permanence. Elle est résolument dans l’action.

 

 Qu’il s’agisse de la mise en place d’un cadre national de concertation et de coordination, de la sensibilisation des populations sur les dangers des migrations irrégulières, des dispositions prises pour assurer le rapatriement volontaire de nos compatriotes en situation de détresse (nous avons facilité le retour de plus 6500 Ivoiriens dont 5000 de Libye et des pays du nord de l’Afrique), de la lutte contre les filières mafieuses qui font un commerce honteux de la misère humaine, ou encore de la promotion de notre diaspora.

 

La voie la plus pertinente de notre point de vue est de s’orienter vers un modèle de migration circulaire en aidant les intéressés à préparer leur retour dans leurs pays au terme d’un séjour formateur en Europe ou ailleurs dans le monde.

Sur toutes ces questions, la Côte d’Ivoire a fait des progrès considérables ; progrès qui lui ont conféré une expertise qu’elle met à la disposition de tous les pays, à l’occasion de tous les forums auxquels il lui a été donné de participer. Sans parler des efforts qu’elle déploie, en termes d’éducation, de formation et d’emploi pour créer les meilleures conditions d’épanouissement de sa jeunesse.

 

Mesdames et Messieurs,

 

Mon pays travaillera, d’arrache-pied, au renouveau de la gouvernance mondiale des questions migratoires et ce, dans un esprit de responsabilité, de solidarité et de fraternité.

 

Quels que soient les débats que suscite le phénomène migratoire à travers le monde, la position n’a pas variée de position.

 

Elle s’est posée en chantre d’un partenariat qui tienne compte des paramètres nouveaux et des réalités du moment. Elle s’inscrit dans la nouvelle gouvernance proposée par l’Organisation des Nations Unies.

 

C’est la raison pour laquelle, nous avons signé le pacte mondial pour des migrations assures, ordonnées et régulières.

 

Sur une question d’une telle gravité, les débats théoriques et idéologiques sont inévitables. Toutefois, la priorité et l’urgence restent à la concertation et à l’action autour des solutions globales et communes, au lieu des décisions unilatérales.

 

C’est un changement de paradigme dont mon pays se réjouit en ce  qu’il ouvre de nouvelles perspectives dans la prise en charge d’une question aussi sensible que celle des migrations.

 

Nous avons donc une expérience à partager, celle de la sensibilisation contre la migration irrégulière, mais aussi celle de l’inclusion des migrants. Cette inclusion des jeunes dans les efforts nationaux dans plusieurs domaines est une réalité, car la Côte d’Ivoire s’est aussi dotée d’un plan de retour et de réintégration.

 

Aidons la jeunesse à oser demain. Nous devons l’associer aux défis qui vont marquer le 21ème siècle, celui de l’urbanisation rapide de nos villes, mais aussi à celui de la démographie, celui des mutations économiques.

 

Notre devoir est de l’aider à s’assumer en résistant à la tentation d’un ailleurs qui semble toujours meilleur, et nous devons donc faire en sorte qu’ici soit plus tentant que là-bas.

 

Pour terminer, Mesdames et Messieurs, notre continent doit anticiper, s’organiser pour mieux gérer les flux migratoires et continuer de développer les échanges entre nos pays afin que la libre circulation dans l’espace de la CEDEAO, puisse aller bien plus loin avec un Droit de travail reconnu et respecté dans tous les états membres. La libre circulation ne doit pas être une vue de l’Esprit.

 

Nous devons engager des ressources énormes sur la question et appuyer les efforts des Etats pour la mise en place de politiques cohérentes avec pour cible l’agenda 2063 de l‘UA.

 

 

         Je vous remercie

Service Communication
2019-03-04
Newsletter Intégration
Newsletter Diaspora
Ministère de l'Intégration Africaine et des Ivoiriens de L'exterieur
Abidjan-Plateau Cité Administrative, Tour C 22ème étage
Adresse: 01 BPV 225 Abidjan 01- Tel : 20 33 12 12 / Fax: 20 22 41 56
Email: info@integration.gouv.ci
Site-web :www.integration.gouv.ci